CRÉDIT IMMOBILIER : AVEC LES TAUX BAS, LE NOMBRE DE RENÉGOCIATIONS EXPLOSE

C’est le bon moment pour renégocier son crédit immobilier

En novembre, la moyenne des taux d’intérêt, toutes durées confondues s’affichait à 1,12 % (hors assurance) contre 1,13 % un mois plus tôt. Et les crédits inférieurs à 1 % tendent même à se généraliser avec 0,87 % sur 15 ans et 1,04 % sur 20 ans. Si cette situation profite aux ménages, souvent primo-accédants, qui souhaitent devenir propriétaires de leur résidence principale ou investir dans l’immobilier locatif, ceux qui ont contracté un crédit immobilier il y a plusieurs années ont tout intérêt à le renégocier. L’année 2020 s’annonce exceptionnelle à bien des niveaux. Outre les taux bas, la durée moyenne des prêts immobiliers s’allonge pour atteindre environ 19 ans, la part d’apport personnel demandée par les banques ne cesse de baisser et le marché de l’immobilier est porté par un nombre de transactions record.

En octobre, la production de crédits immobiliers représentait 24 milliards d’euros, un record depuis mai 2017. Parmi ces nombreux crédits accordés, 26 % étaient en fait des renégociations. À titre de comparaison, les renégociations ne représentaient que 16,4 % du total de la production en octobre 2018, à l’inverse, elles étaient de 62 % en janvier 2017.

Renégociation au début du prêt immobilier et délégation d’assurance

Renégocier son crédit immobilier permet de réaliser jusqu’à plusieurs milliers d’euros d’économie. Dans tous les cas, l’objectif est de bénéficier de conditions de financement encore meilleures que celles obtenues initialement. Il peut s’agir de réduire le montant des mensualités sur toute la durée du prêt ou de conserver des mensualités identiques tout en réduisant la durée totale du crédit. Voire même les deux. Attention toutefois, il n’est pas toujours pertinent de renégocier son crédit immobilier avec son banquier et celui-ci n’est pas tenu d’accepter la demande.

Pour que la renégociation soit rentable, il faut que la différence de taux entre l’ancien crédit et le nouveau soit à minima de 0,8 à 1 point. Si tel n’est pas le cas, la manœuvre pourrait ne pas permettre de rentabiliser les pénalités de remboursement anticipé. En outre, cette renégociation doit idéalement intervenir durant les cinq ou six premières années de la vie du crédit, période pendant laquelle sont remboursés les intérêts. À noter que pour un prêt immobilier sur 20 ans, 50 % des mensualités remboursées durant les deux premières années correspondent aux intérêts.

Pour réaliser des économies, il ne faut pas non plus oublier l’assurance de prêt. Grâce à l’évolution de la législation, il est désormais possible de résilier son contrat à tout moment durant la première année et à chaque date anniversaire ensuite.