Une hausse des taux de crédit immobilier est normale et devrait limiter le risque de bulle immobilière

Les taux de crédit immobilier sont excessivement faibles depuis leur très forte baisse de 2016 mais la légère remontée à laquelle nous assistons en ce mois de novembre 2018 est normale et n’est pas de nature à remettre en cause le dynamisme du marché immobilier.

Certains courtiers annoncent une hausse comprise entre 0.05% et 0.20% en ce mois de Novembre 2018 pour les profils les moins recherchés par les banques. Nous sommes encore très loin d’un niveau qui pourrait pénaliser l’emprunteur immobilier.

Les emprunteurs doivent seulement s’habituer à l’idée selon laquelle cette période exceptionnelle de taux de crédit immobilier inférieurs à l’inflation n’était qu’un moment excessivement favorable qui ne pouvait pas durer éternellement.

Le prolongement de cette période exceptionnelle qui permet aux emprunteur d’obtenir un taux de crédit immobilier inférieur à l’inflation serait en effet à l’origine d’une très forte explosion des prix de l’immobilier.

Les conséquences sur la hausse des prix de l’immobilier seraient, à mon humble avis, contre productif. Maintenir durablement des taux de crédit immobilier à un niveau inférieur à l’inflation … c’est participer à la construction d’une nouvelle bulle immobilière et à la fragilisation du marché immobilier. Cela ne semble pas être dans l’air du temps.

Il apparaît donc raisonnable d’anticiper une remontée progressive des taux de crédit immobilier afin de converger vers un taux proche du taux d’inflation de long terme.

Pour mémoire, l’inflation cible à long terme est de 2%. Entre octobre 2017 et Octobre 2018, l’inflation s’inscrit en hausse de 2.20% et elle pourrait se maintenir proche de niveau en 2019 et 2020 selon les anticipations de la banque de France.

Le prix du pétrole, la baisse du taux de chômage, les augmentations de salaires face à la pénurie de main d’œuvre, la hausse programmée du prix du carbone,  une croissance toujours forte au regard du potentiel de long terme de l’économie, militent pour cette persistance d’inflation en 2019 et 2020… et donc pour une pression à la hausse des taux de crédit immobilier.

Il ne semble pas raisonnable de croire que les taux de crédit immobilier resteront durablement inférieurs à l’inflation malgré l’amélioration durable de la situation économique.Cette situation temporaire était nécessaire pour relancer l’activité après une crise majeure… mais cela ne peut s’inscrire dans un temps long !

Il va falloir s’habituer à une augmentation progressive des taux de crédit immobilier. Cette hausse est relativement tardive au regard de la robustesse de l’économie depuis début 2017… Il ne semble plus possible de la repousser encore davantage