Saphir financements

ASSURANCE VIE : GARANCE EPARGNE, QUEL EST LE SECRET DE CE CONTRAT MÉCONNU QUI FIGURE PARMI LES MEILLEURS DU MARCHÉ ?

Avec un rendement de 3,1% en 2018, le fonds en euros de Garance Epargne, contrat d’assurance vie proposé par la mutuelle éponyme, figure parmi les plus rémunérateurs.

C’est un nom qui interpelle au sein du palmarès des meilleurs fonds en euros de l’assurance vie au titre de l’année 2018. Si le leader de notre classement annuel, Sérénipierre, est un habitué de ces hauteurs, son dauphin est bien moins connu : il s’agit de Garance Epargne, dont le fonds a servi un taux de 3,1% (net de frais de gestion, mais avant fiscalité) à ses souscripteurs. Nettement plus que la moyenne du marché, attendue vers 1,6%. Et surtout, stable par rapport à l’année précédente, alors que le marché est attendu en baisse de 0,2 point environ.

La performance est d’autant plus surprenante que ce fonds en euros possède une stratégie relativement agressive, pour un support garanti en capital. Il est en effet investi à 17% en actions, alors que cette proportion est de 9% en moyenne pour les fonds en euros classiques (à fin 2017), selon les données de Facts & Figures, un cabinet spécialisé dans l’assurance. Or, la plupart des fonds en euros très investis en actions ont souffert en 2018, dans le sillage des marchés financiers (-11% pour le CAC 40).

Et c’est sans compter que ce support n’affiche que deux années d’historique. Or, un fonds en euros récent devrait normalement éprouver des difficultés à dégager des rendements conséquents, étant donné qu’il est, en théorie, obligé d’acquérir des obligations offrant des taux d’intérêt très bas. Sauf que le fonds de Garance Epargne n’est pas aussi jeune qu’il en a l’air : “il existe en fait depuis 2006, et servait jusqu’ici pour nos contrats Madelin (produits d’épargne retraite réservés aux indépendants, NDLR), notre activité historique”, explique Xavier Couratier, directeur technique et financier de cette mutuelle.

D’où la présence, au sein du fonds en euros, d’un portefeuille d’obligations aux rémunérations toujours confortables : “elles assurent au fonds un rendement de 3,5% pour une durée 12 ans”, résume Xavier Couratier. Matelas qui peut potentiellement être bonifié par la performance du reste des actifs sous gestion, ou à l’inverse amortir leur chute.

Les belles performances des deux dernières années sont aussi liées à la faiblesse de la collecte : elle s’est chiffrée à une dizaine de millions d’euros seulement, concernant le contrat d’assurance vie, pour 2018, pour un encours de 4,1 milliards d’euros. Ce qui permet au fonds de ne pas trop réinvestir dans des obligations actuellement peu rémunératrices.

En clair, la performance de ce fonds en euros s’explique en partie par le fait qu’il soit méconnu… et risquerait donc de se dégrader si la collecte venait à augmenter sensiblement. Pour le moment, Garance s’attend en tout cas à continuer de figurer parmi les meilleurs fonds euros : “Si les marchés financiers ne s’écroulent pas, le taux servi en 2019 devrait se situer entre 2,5 et 3%”, prédit Xavier Couratier.

Les investisseurs pariant sur un maintien des bonnes performances du fonds en euros profiteront en tout cas d’une liberté appréciable, s’agissant des modalités d’investissement. En effet, il reste possible d’investir à 100% dans le fonds en euros, sans obligation donc de placer une somme minimale sur des unités de compte (potentiellement plus rémunératrices, mais aussi plus risquées puisque non garanties en capital). Il est aussi possible d’opter pour une gestion profilée (de prudent à dynamique), voire entièrement libre. Par ailleurs, la mutuelle a fait le choix, pour son contrat d’assurance vie, de délivrer chaque année l’intégralité de la performance du fonds en euros à ses clients, c’est-à-dire qu’aucune somme n’est mise en réserve. Ce fonds risque donc d’être plus affecté que ses concurrents en cas d’année difficile sur les marchés, car il ne pourra pas amortir une chute du rendement des actifs en portefeuille.

Quant aux frais, s’ils ne sont pas parmi les plus faibles du marché, ils ne sont pas non plus prohibitifs : les frais sur versements, habituellement de 3% maximum, sont actuellement de 1,5%, pourcentage qui reste négociable, tandis que les frais de gestion sont de 0,5% pour le contrat et de 0,6% pour les unités de compte gérées par Indep’AM, société de gestion filiale de Garance. Le ticket d’entrée est, lui, très abordable : 450 euros de versement initial au minimum.